Placeholder guy
Posted on

La terre est ronde

Cette phrase acceptée par la plupart des êtres humains ayant suivi un minimum les informations ou avec un minimum d’éducation ne pose plus question. C’est un fait. De même la croissance économique est pour de nombreuses personnes, du moins dans le monde occidental dit moderne, une évidence fondatrice voir une condition de l’existence de notre société. Hors il n’est pas possible d’envisager une croissance infinie dans un monde fini. Il faut donc réinventer notre modèle de société pour prendre en compte cette réalité : la terre est ronde.


La terre est ronde et les ressources naturelles sont soit renouvelables à l’échelle humaine soit non renouvelables. Le stock des premières peuvent être disponibles en abondance pour peut que l’on fasse gaffe de ne pas en abuser, le stock des secondes diminuent irréversiblement à chaque coup de pioche.


Depuis l’avènement de la machine à vapeur, l’humanité (prise globalement, tout le monde ne pioche pas avec la même frénésie, mais passons cette question de l’égalité) n’a eu de cesse d’accélérer ses prélèvements dans les ressources naturelles et du coup ses rejets de polluants. (pour un texte plus fouillé : https://jancovici.com/transition-energetique/choix-de-societe/leconomie-peut-elle-decroitre/)

 Au final, les scientifiques nous préviennent (depuis 50 ans) qu’il est temps de passer à un autre modèle et de laisser tomber la pioche. (Voir par exemple : https://onfoncedanslemur.blog/pour-les-neophytes-de-passage/) Si la croissance économique perpétuelle doit à relativement court terme, devenir un simple souvenir, comment, dans ce cadre, organiser un avenir économique, politique, social, et surtout mental qui soit désirable ? [citation de JM Jancovici in https://jancovici.com/publications-et-co/contributions-a-ouvrage/les-limites-a-la-croissance-dans-un-monde-fini-30-ans-apres/]


Le secteur de la santé moderne n’est pas en reste de consommation des ressources naturelles et d’émission de polluants. Le NHS anglais contribue à hauteur de 26.6 million tonnes de CO2 equivalent en 2015 (MtCO2e). https://www.sduhealth.org.uk/policy-strategy/reporting/hcs-carbon-footprint.aspx En Australie le secteur de la santé contribue à 35 772 des 494 930 kilotonnes total CO2 des émissions du pays, soit 7 pourcent. Le secteur hospitalier représente 44 % de ces émissions. https://www.thelancet.com/journals/lanplh/article/PIIS2542-5196%2817%2930180-8/fulltext

Outre les émissions de CO2, le secteur de la santé est un important pourvoyeur de déchets peu ou pas recyclables, voir dangereux. Le secteur de la santé contribue à détruire la santé qu’elle prétend protéger. La transition vers un système de santé « low impact » sur l’environnement et haut impact sur la santé s’avère donc nécessaire. Comment procéder ? vers où aller ?

Answers

Placeholder guy
David Hercot

Comment ramener la consommation du système de santé dans les limites de Gaia tout en conservant ses meilleurs apports. Dans le groupe transition et santé, je propose de discuter de la façon d'appliquer les méthodes de la transition - ou d'autres - au secteur de la santé: "Imagine the future you want to co-create.". Pour mieux connaitre la transition je vous invite à parcourir le site du transitionnetwork.