dsc2998 copy
Posted on

How better to link the Community health system with that of Primary Health Care, if there any missing linkage, what it is ?

-

Answers

Bruno 4
Bruno Meessen

I do not find a very strong presence of CH in the declaration. I believe that CH is relevant for every country, but we probably have to identify better its specific contribution to PHC. One entry point is to recognize is that in any society, some sections of the population will struggle with a model of formal PHC only relying on a highly medicalised first line (general practitioners). So the declaration has probably to better acknowledge that some barriers (geographical remoteness, poverty, limited financial access, illegal status, limited cultural integration, social exclusion...) require active steps towards to these populations through CH.

Bruno

Apha picture 2
Ochiawunma Ibe

I agree with Bruno. there is only one mention of Community based services along with facility based services and the community heaklth systems is much more comprehensive than the services provided at community level. I posit that a strong/robust PHC system is one that is foubnded on a strong community health systems with all its dimensions and not only service delivery at community level.  When PHC embraces Community Health as an integral part of the health system (HS)  not as linked to the HS then we can speak of attaining UHC and meeting the health SDGs 

Nouveau logo ceforep
Ramatoulaye Diallo

Un système de santé basé sur des soins de santé primaires est plus efficace, plus efficient et de meilleure qualité.

Selon l’OMS : “Les soins de santé primaires sont des soins de santé essentiels rendus accessibles à un coût que le pays et la communauté peuvent supporter, avec des méthodes qui sont pratiques, basées sur la science et socialement acceptables (…). L’approche des SSP comprend les composants suivants : équité, implication de la communauté/ participation, intersectorialité, technologie adéquate et coûts accessibles. Comme ensemble d’activités, les SSP devraient inclure au moins l’éducation à la santé pour les individus et toute la communauté, sur les problèmes de santé et les méthodes pour les prévenir et les contrôler. Les autres activités essentielles comprennent la fourniture adéquate de nourriture, une nutrition saine, un apport en eau et une hygiène de qualité suffisante, des soins maternels et infantiles, y compris le planning familial, les vaccinations ; le traitement approprié des maladies et blessures communes ; la fourniture de médicaments essentiels.

 

1 Attachment

by Cheryl Cashin, Edson Araujo, Joseph Harris, Naoki Ikegami, et Michael R. Reich, Akiko Maeda
Win 20140726 193158
Mathieu TCHETCHE

Un système étant une agrégation de sous-systèmes, il est clair que la question telle que posée nous met en présence d’un système globale de soins où le système de santé communautaire et celui de Soins de santé primaires (SSP) en deviennent les sous-systèmes.

Mais à dire vrai, le système de SSP révèle un ensemble de prestations promotionnelles, préventives, curatives et de soutien qui concourt au bien-être de la population. Quant au système de santé communautaire, il est l’ensemble de ces prestations de SSP réclamée par la communauté et exécutée par l’agent de santé communautaire (ASC). Le lien est donc direct entre le système de santé communautaire et celui de SSP.

Cependant, entre ces deux systèmes, l’ASC reste un exécutant de Paquet minimum d’activité (PMA) de SSP dans la communauté qui a la responsabilité de son choix selon des critères objectifs. Pour renforcer le lien entre les deux systèmes, il convient de responsabiliser la communauté dans l’identification de ses besoins de SSP et dans le choix de ses ASC.

Dans la pratique, l’objectivité du critère de choix de l’ASC semble être le ventre mou du lien entre le système de santé communautaire et celui de SSP. Pour le cas de la Côte d’Ivoire que je connais le mieux, l’état des lieux du plan stratégique de santé communautaire (2017-2021) a révélé un choix unilatéral des ASC par les structures publiques de soins et par les partenaires techniques (ONG) avec chacun des critères de choix excluant souvent la responsabilité des communautés ciblées.   

En conséquence, les ASC recrutés par les structures médicales de soins se considèrent comme une émanation de la hiérarchie médicale que comme le fruit d’un consensus communautaire au point où ils réclament un statut à la fonction publique. Comparativement à ces derniers, les ASC recrutés par les ONG tiennent leur cahier de charge de ces structures et en reçoivent la rémunération.

Pour terminer, le chaînon à maintenir entre les deux systèmes est l’adhésion communautaire. Celle-ci passe nécessairement par une sensibilisation des structures médicales de coordination et de supervision auprès des communautés (Collectivités territoriales, villages et les minorités) à leurs rôles et aux rôles des ASC ; à la connaissance du cahier de charge de ces ASC, aux critères de leur choix; et à la contribution communautaire aux soutiens accordés à ces ASC.

Num%c3%a9risation0001 page 1 1
Sissoko Foussénou

Que  reste-t-il   de la  déclaration  d'Alma-Ata, 40  ans  après  son  adoption

Photo identite
Mory Filany KEITA

De ma part, je pense qu'il faut remettre en cause l'approche de la mise en œuvre de la politique de soins de santé primaires. De nos jours tous les acteurs des systèmes locaux de santé se retrouvent-ils et se reconnaissent-ils dans cette approche de la politique de soins de santé primaires ?